L’acte du tatouage vu par un anthropologue

Le tatouage, souvent pour soi, parfois aussi pour les autres

L’impact du tatouage sur la société va grandissant. Alors que la pratique s’étend à de plus en plus de personnes, elle évolue également. C’est d’ailleurs peut-être, en partie, ce fait qui explique sa popularité. Mais cette dernière peut également être expliquée par l’amélioration du savoir-faire des tatoueurs, et la « démocratisation » de l’art. Toutefois, cela n’empêche pas pour autant que les avis sur les tatouages diffèrent. Au travail, comme autour de vous à la maison, on aimera ou on n’aimera pas, on trouvera l’acte très intéressant, ou on dira que c’est narcissique. Un anthropologue nous donne son avis.

Sébastien Gallot explique l’explosion du nombre de tatoués

Enseignant à l’Université d’Aix-en-Provence, anthropologue spécialisé dans le tatouage, Sébastien Gallot explique que l’évolution actuelle des tatouages n’est pas une question banale. A ce jour, environ 12% des Européens seraient tatoués. Pour lui, il est trop fréquent de vouloir expliquer la banalisation actuelle par des changements au sein de la société. Il inclut dans ces changements le rôle des médias dans l’annihilation du rejet du tatouage, le rôle des personnes célèbres qui exhibent leurs tatouages, ou encore le recours à des iconographies personnalisées pour s’approprier soi. La pratique du tatouage, poursuit-il, a connu beaucoup d’évolutions depuis les années 1980. Il considère qu’il ne suffit pas de vouloir un tatouage pour en avoir, qu’il faut aussi que l’offre soit convenable. Et c’est le cas, avec les conditions d’hygiène qui se sont considérablement améliorées. C’est aussi le cas parce que le savoir-faire évolue ; nombreux tatoueurs reçoivent une formation en graphisme ou art plastique.

Le sens de l’acte du tatouage

Le tatouage est parfois vu comme un rite de passage d’une étape à une autre. Même s’il le trouve exagéré, Sébastien Gallot précise toutefois que bon nombre de tatoués voient effectivement l’acte comme une marque de transition. Il affirme ainsi que le tatouage n’est pas seulement un acte narcissique comme beaucoup pourraient le concevoir. C’est également un acte qui ramène aux autres, un geste fortement relationnel. Les raisons d’un tatouage sont ainsi multiples. Les gens se tatouent parfois pour symboliser des événements importants de la vie. Ainsi un tatouage peut-il être fait pour célébrer une naissance, commémorer le décès d’un parent ou encore marquer son appartenance à un groupe.

Petite histoire du tatouage par Sébastien Gallot

L’anthropologue relate que l’acte du tatouage est déjà présent dès le début du XIXème siècle. On trouvait alors des tatouages de qualité chez les aristocrates, les francs-maçons, les personnes marginales ou encore les marins. Il poursuit en disant que le tatouage a toujours été observé sur le continent européen depuis le néolithique. En témoignent les 61 marques découvertes sur le corps de la momie Otzi qui a vécu il y a 5.300 ans. Otzi a été retrouvé dans un glacier des Alpes italo-autrichiennes. Et vous, quel est votre regard sur l’évolution permanente du tatouage ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*