Histoire et origine du tatouage 3D

Le tatouage 3D, preuve d’un art en constante évolution

Lorsque le tatouage vivait encore ses premières heures, celles de l’impopularité, il était certaines formes de tatouage que l’on n’aurait jamais pu imaginer. Nous parlons là de l’époque des tatouages de crâne, de fleurs, et des motifs tribaux en aplati. Mais aujourd’hui, l’art a tellement évolué qu’il n’a plus comme seules limites que celles de l’imagination de l’homme. Le tatouage 3D s’inscrit justement dans cette logique. Véritable réalisation artistique, au rendu époustouflant, le tatouage 3D s’inscrit parmi les styles de la nouvelle ère du tatouage. Résultat de diverses transformations, il est aujourd’hui fort apprécié par les fans de tatouage qui offrent volontiers leur corps comme œuvre d’art. Mais d’où vient le tatouage 3D et en quoi consiste-t-il ?

A la découverte de l’image 3D

La 3D est un terme abrégé employé pour désigner l’expression « 3 dimensions ». Cette dernière fait référence à l’espace dans lequel nous nous trouvons, reproduit dans un référentiel identifiable selon 3 axes de mesure que sont la largeur, la hauteur et la profondeur ; dans certains cas, on parlera de longueur, largeur et hauteur. Mais sortons un peu de ces notions technico-scientifiques. Et faisons plus tard à tard. La reproduction en 3D consiste à représenter un objet sur un plan, en tenant des trois dimensions précédemment évoquées, de sorte que l’objet ait l’air réel et situé dans l’espace. C’est d’abord au cinéma que l’effet 3D a connu ses heures de gloire, avant de s’étendre au dessin artistique, puis au tatouage.

Le tatouage 3D, une fusion entre réalisme et technologie 3D

La technique de reproduction des images en 3D s’est inspirée des films en images claires. Alors que les dessins animés sont longtemps restés en 2D, l’idée d’y intégrer les techniques 3D a vu le jour au cours de la décennie des années 1990. En parallèle, le tatouage aussi se développait, avec notamment le style du tatouage réaliste qui commença à beaucoup se développer. Ainsi, c’est d’une rencontre fusionnelle d’évolutions qu’est né le tatouage 3D. D’un côté, les artistes tatoueurs commençaient à avoir de la reconnaissance, et souhaitaient de plus en plus parfaire les tattoos qu’ils réalisaient. De l’autre côté, les images et vidéos 3D commençaient à être de plus en plus faciles à réaliser grâce à la puissance croissante des ordinateurs.

Logiquement donc, lorsque les jeux vidéo commencèrent à se développer vers la fin des années 1990 et le début des années 2000, nombreux furent les fans de Tekken, Mortal Kombat ou encore Sonic Boom, qui ont voulu immortaliser leurs héros de jeu sur le corps. Le plus gros du travail revenait désormais aux tatoueurs, de pouvoir réussir ces réalisations. Ils furent alors aidés par les appareils de plus en plus modernes utilisés pour faire le tatouage 3D ou tous les autres types de tattoos. Loin de la traditionnelle aiguille, ou des divers outils à manier à la main, le dermographe s’est de plus en plus perfectionné. Ainsi, après avoir réalisé une maquette sur ordinateur ou sur feuille, intégrant la technique de la perspective cavalière, les tatoueurs pouvaient ensuite procéder au tatouage, en intégrant toutes les dimensions et tous les détails, pour des dessins qui semblent littéralement sortir de la peau.

À bientôt sur Allotattoo !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*