Histoire et origine du tatouage à partager

Le tatouage à partager, un tatouage pour toutes les passions

Aujourd’hui, parce qu’il est présent dans presque tous les domaines, et que l’on retrouve parmi les tatoués des personnes de tous horizons, le tatouage joue de plus en plus un rôle social. Ce rôle social peut être en rapport avec une aide ou un appui pour accompagner une cause, un idéal qui veut être défendu, ou encore une façon de voir les choses de voir les choses qui veut être affichée aux yeux de tous. Le rôle social du tatouage peut également être à une échelle moindre, à savoir entre quelques personnes, ou simplement entre deux personnes. Mais d’où vient donc l’idée de ce tatouage à partager ? Comment a-t-elle évolué ?

Que peut-on comprendre par tatouage à partager ?

L’expression “tatouage à partager“ dit en elle-même déjà tout l’essentiel de ce qu’il y a à savoir sur cette forme de tatouage. Mais reprécisons-le quelque peu, pour avoir une idée encore plus approfondie du concept. Le tatouage à partager fait référence à des motifs précis de tatouage choisis pour être adoptés par plusieurs en vue de témoigner de l’appartenance à un même collectif, ou du soutien à une même cause. Par extension, cette forme de tatouage peut également être adoptée par deux personnes ou plusieurs personnes pour exprimer leur attachement l’un à l’autre ; dans ce cas, il peut s’agir de sœurs / frères, de mère et fille, ou encore d’un couple.

Origine du tatouage à partager, des tribal tattoos aux tatouages motards

Au sein de nombreux peuples, le tatouage a longtemps joué le rôle de différenciation. Quand nous prenons par exemple le cas des tatouages polynésiens, ils ont traditionnellement joué le rôle de reconnaissance. Ceux qui avaient atteint un certain niveau social se faisaient tatouer des motifs donnés, signes de leurs accomplissements. Ces motifs étaient alors des motifs de tatouage à partager pour distinguer les castes. On peut également retrouver trace du tatouage à partager au Japon, du 17ème siècle au 19èmesiècle, où il y avait les tatouages à partager qui caractérisaient les nobles, et d’autres qui caractérisaient les crapules. Du côté du Maghreb, le tatouage servait à distinguer les tribus. Chaque tribu avait un tatouage à partager qui lui correspondait. Ainsi, dès que l’on voyait l’un de ses membres, on pouvait le reconnaître.

Un peu plus récemment, des années 1950 aux années 1970, on retrouva le tatouage à partager aux Etats-Unis, mais dans une toute autre fonction. Durant cette période, les tatouages étaient encore vus comme une façon de se démarquer de la société. Et il y avait un groupe de personnes qui, elles, aimaient à afficher clairement leur démarcation vis-à-vis de la société : les motards. Il y avait donc des clubs de motard, et chaque club avait le tatouage qui le caractérisait et permettait d’identifier ses adhérents.

Le tatouage à partager au 21ème siècle

Le tatouage à partager est donc resté ancré dans les mœurs du tatouage jusqu’à l’ère de popularisation exponentielle que vit le tatouage. Et l’on a récemment vu divers exemples. Il y a par exemple le tatouage oiseau-tonnerre, à partager pour soutenir les Inrocks, le tatouage SELF LOVE CLUB, à partager par tous ceux qui s’acceptent, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*