Histoire et origine du tatouage biomécanique

Le tatouage biomécanique, des tatouages qui transforment

Dans l’univers du tatouage, les rôles joués par les divers motifs varient bien souvent. Pendant que certains motifs relatent à aux seuls le pan entier d’une vie, d’autres encore ne sont que des motifs tendance sans rapport avec l’histoire personnelle. Et quand on vient sur un plan visuel, certains tatouages jouent un simple visuel, alors que d’autres, s’immiscent à la perfection dans le corps. Le style de tatouage que nous allons aborder aujourd’hui répond à cette dernière catégorie : le tatouage biomécanique.

Le tatouage biomécanique, de quoi s’agit-il ?

Le terme biomécanique est composé des radicaux “bio“ et “mécanique“. Le premier fait référence au vivant, ou à la nature en général. Le second, par contre, est associé aux éléments artificiels actifs, c’est-à-dire capables de réaliser des actions grâce à de l’énergie, ou des stimulations de divers types. Appartiennent donc au style biomécanique les tatouages reproduisant des objets connus pour être artificiels, de sorte à ce qu’ils soient intégrés au corps, donnant la fausse impression d’en faire partie. Sur un plan purement visuel, l’objectif du tatouage biomécanique est donc de donner une apparence nouvelle à l’homme. Son apparence normale est alors transcendée par le tatouage, et fait ressembler le tatoué à un autre être.

Quelles sont les origines du tatouage biomécanique ?

Lorsque le film « La Planète des singes » sort en 1968, il représente un précurseur de taille dans la catégorie des films de science-fiction. Si les éléments d’une vie extraterrestre n’y sont que peu visibles, les films qui s’enchaîneront quelques années plus tard s’y adonneront à cœur joie. C’est ainsi que dans les années 1980-1990, vit le jour une série mémorable dont l’univers a été inspiré par l’artiste Hans Rudolf Giger : « Aliens ». Dans les divers opus de « Aliens », les extraterrestres sont des êtres à part entière, imaginés en provenance d’autres planètes. Ils ont une constitution physique et physiologique à part entière. Cette série sera suivie par les sagas Terminator, Mad Max ou encore Robocop, faisant l’apologie de surhommes ou d’hommes robotisés. Pourquoi cette plongée dans l’histoire de la science-fiction ?

Parce que ce sont les films de science-fiction qui constituent la principale origine du tatouage biomécanique. Très vite attirés par cet univers futuriste, certains amoureux de tatouage y ont vu une nouvelle façon d’exprimer de la créativité. Revêtant un côté fun et funky, les tatouages biomécaniques deviennent alors une façon pour les tatoués de se transformer.

Quels sont les différents types de tatouage biomécanique ?

En matière de tatouage biomécanique, il faut distinguer les motifs mécaniques de ceux organiques. Dans le premier cas, ce sont des engrenages, des pistons, diverses pièces mécaniques, qui sont encrées sur la peau, avec un effet d’illusion faisant croire que ces éléments sont dans la peau. Dans le second cas, il ressort beaucoup plus une référence au vivant extraterrestre, pour que la partie du corps tatouée ressemble à un membre d’extraterrestre.

Dans un biomechanic tattoo, on a souvent l’impression d’avoir affaire à un cyborg ; parfois, la peau semble déchirée. Le tatouage biomécanique a connu un fort boom vers la fin des années 1990, lorsque les techniques de tatouage ont été perfectionnées, et que les effets 3D ont pu être créés. Car, un détail important au-delà de tout : le tatouage mécanique est une forme de tatouage 3D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*