Histoire et origine du tatouage réaliste

Le tatouage réaliste, pour un art qui reflète la vie

Entre les multiples motifs de tatouage qui existent et les symboliques qui sont rattachés à chacun, il n’est pas toujours aisé de se retrouver. Pourtant, il serait bien que, sans forcément en savoir beaucoup sur les tattoos, chaque tatoué puisse entrevoir ce que revêt un motif ou un style de tatouage donné. C’est ce que propose le tatouage réaliste. Qu’entend-on exactement par tatouage réaliste ? D’où vient ce style et qui en sont les précurseurs ?

Le réalisme, une philosophie de la création

Le mouvement artistique du réalisme est apparu dans la deuxième moitié du 19ème siècle. Ne cadrant pas avec une doctrine particulière, il prend sens à travers les définitions que lui donnent les artistes et créateurs de l’époque. Par exemple, pour Charles Baudelaire en 1846, il faut s’inspirer de la vie moderne pour créer. Alors que le romantisme tendait à dépeindre une vie idéalisée à travers la victoire de l’amour et des sentiments, le réalisme, quant à lui, place en son cœur les diverses conditions sociales, pour reproduire la vie telle qu’elle est, sans la travestir. Dans le style réaliste, la vie quotidienne est reproduite le plus fidèlement possible. Tous les aspects de la société sont pris tels quels. Et c’est justement cette fidélité aux faits réels qui sous-tend le tatouage réaliste, ainsi que les divers prolongements du réalisme. On parle alors aujourd’hui de tatouage ultra-réaliste, de tatouage 3D, etc.

Des précurseurs du tatouage réaliste

Durant les années 1940, les tatouages faits par les marins aux Etats-Unis étaient pour la plupart des minimalistes. La taille des tatouages évoluera progressivement au fil des années, notamment avec les tatouages de crâne qui ont caractérisé les décennies 60-70. De l’autre côté de l’Atlantique, plus précisément, le tatouage n’est pas encore vraiment accepté. Vers le milieu des années 1980, alors que quelques tatoueurs ont franchi le pas et se sont installés, l’un d’entre eux décide de rompre avec les standards, d’innover, pour faire évoluer l’art. C’est ainsi que Stéphane Chaudesaigues, car c’est de lui qu’il s’agit, imagina les premiers modèles de tatouage réaliste. Que ce soit les visages, les animaux, les paysages, les scènes épiques, ou autres, reproduire la réalité telle qu’elle est devient alors une priorité pour celui qui mettra plus tard sur pieds l’enseigne Graphicaderme.

La consécration du tatouage réaliste, et de Stéphane, aura lieu au début des années 1990. Parti aux Etats-Unis pour faire connaître son œuvre lors d’une convention de tatouage dans le New-Jersey, le travail de Stéphane C. sera unanimement salué par ses pairs. Beaucoup de fans de tatouages ont alors saisi l’occasion de pouvoir reproduire le visage d’une de leurs stars préférées, d’un enfant ou d’un parent, sur leur corps. C’est le début de l’internationalisation du tatouage réaliste, style adulé aujourd’hui.

Les techniques du tatouage réaliste

Sur un plan technique, la complexité du tatouage réaliste élève le tatoueur au rang des plus grands artistes peintres. Chaque tatouage réaliste réalisé nécessite un travail raffiné, la précision de tous les détails et une infaillible minutie dans le tracé. Sur un visage, un rictus ou une ride, dans un paysage, le balancement d’une feuille ou l’ombre d’un arbre, doivent tous être inclus, pour véritablement garantir que la production finale sera proche de la réalité. C’est cela qui justifie d’ailleurs l’utilisation fréquente de l’ombrage.

À bientôt sur Allotattoo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*