Histoire et origine du tatouage religieux

La mystérieuse histoire des tatouages religieux

Comme dès lors que l’on aborde des questions liées à la religion, il faudra également parler du tatouage religieux avec des pincettes. De fait, l’expression « tatouage religieux » en elle-même paraît déjà fort antagonique. Car la croyance populaire veut que la plupart des religions aient inscrit le tatouage parmi leurs interdictions. Comment se fait-il donc que l’on parle de tatouage, au point de le qualifier de religieux ? Tout simplement, le fait est que certaines religions autorisent le tatouage, pendant que pour d’autres, il est carrément obligatoire ! Comment le tatouage est-il perçu dans diverses religions ? Quels sont les tatouages religieux les plus connus ?

Le tatouage, un interdit dans certaines religions

De façon générale, les religions monothéistes ont une certaine appréhension vis-à-vis du tatouage. Ainsi, aussi bien l’Islam que le Christianisme ont tous deux une perception de non-acceptation vis-à-vis des tattoos. Du côté des versets bibliques, le corps est considéré comme un temple sacré, un lieu à ne pas violer, qui doit rester immaculé, que l’homme ne doit pas choisir lui-même de modifier. Pour ce qui est des versets bibliques, les actes volontaires tendant à modifier l’aspect du corps sont jugés diaboliques. Et bien sûr, ces actes incluent le tatouage. Il n’est donc aucune importance que le motif encré soit en rapport avec la religion ou pas, tant que c’est un tatouage, ce n’est pas bon. Pourtant, les récits de la Bible et ceux du Coran constituent de si grandes sources d’inspirations pour le tatouage religieux. Antagonisme !

Les religions considérant le tatouage comme un bel acte

Toutes les religions ne considèrent pas le tatouage comme étant un acte à prohiber. L’art de l’encre et de l’aiguille est même une pratique essentielle selon certaines croyances. Toutefois, dans celles-là, les tatouages revêtent une certaine forme traditionnelle ; il n’y a donc pas à dire que n’importe quel tatoueur peut poser un tatouage religieux : ce sont des tatoueurs initiés qui s’en chargent. Par ailleurs, dans les religions qui valident le tatouage, l’on ne choisit pas au hasard les motifs de tatouage, sous le simple prétexte qu’ils se réfèrent à des facteurs de la religion. Dans les religions asiatiques, en l’occurrence le bouddhisme ou le shintoïsme par exemple, le tatouage doit permettre une protection ou une sanctification. Non seulement doit-il donc être réalisé par un initié, mais le motif à tatouer est aussi choisi avec soin.

Qu’en disent les religions nouvelles ?

Les religions nouvelles regroupent les religions nées de courants de pensées, ou de convictions contemporaines. La plupart des religions nouvelles sont donc nées il y a moins de trois siècles. A travers des doctrines tendant à libéraliser l’homme et toutes ses actions, ces religions offrent donc un pont d’or au tatouage. L’universalisme ou encore le scientisme ne voient donc aucun mal à ce qu’un homme porte un tatouage religieux, quel qu’il soit. Et parfois même, comme dans le cas des tatouages asiatiques, le tatouage devient une nécessité, pouvant conduire à un niveau spirituel supérieur, ou à des connaissances plus élevées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*